Mes portes du merveilleux

Publié le par Nonène


Du marbre froid et lugubre, à perte de vue…
Serait-ce là l’étendue de mon univers ? Une surface-plane et puis rien ?
Je ne peux me faire à cette idée ! Il me faut atteindre l’horizon qui doit forcément cacher des merveilles.
Comme ce sera beau…

J’avance depuis longtemps mais rien. Je n’ai même pas l’impression d’approcher une destination.
Je me sens seul, terriblement seul.
Allez courage, il doit y avoir quelque chose dans ce désert de pierres lisses…tellement lisses… trop lisses.

Quelle vie absurde et morne ! Mes efforts sont vains et je m’acharne comme l’imbécile que je suis.
J’abandonne, je m’abandonne…
Il me faut en finir et éclater la cervelle sur le marbre. Que l’objet de mon malheur soit l’outil de mon suicide et devienne ma sépulture.

Je jette un dernier regard sur l’horizon, cachant les merveilles que j’ai tant espérées.
J’imagine ce que j’avais espéré découvrir et…
De nouvelles contrées s’offrent à moi ; il me suffit de traverser les portes du merveilleux pour les créer, les sentir, les toucher…
Mon âme exalte car ma quête touche à sa fin.

Je pensais trouver au loin ce qui habitait en moi.
Aveugle de mon propre pouvoir, je voulais me détruire et avec moi l’unique richesse de ce morne désert.
Quelle ironie ! Je ris.
Mais il ne me faut pas perdre de temps ; je dois rejoindre mon jardin secret, berceau de mon imaginaire.
Et vivre enfin…

(Remarque : Ce texte a été écrit dans le cadre de l'atelier des
"Portes du Merveilleux" . Notre petit groupe d'auteurs s'aide et se motive sur un forum (critiques des textes, consignes/thême pour l'inspiration, etc.). Nous aurons bientôt un blog pour rassembler nos créations issues du forum. Si vous êtes intéressé, n'hésitez pas à nous rejoindre.
Sinon, la consigne pour le texte de l'article était : décrivez les Portes du Merveilleux...)

Publié dans Portes du merveilleux

Commenter cet article

Malka 19/09/2008 20:51

Ton texte se temine bien par une note d'espoir: vivre enfin! En fait les portes du merveilleux permettent une évasion, une immersion dans l'imaginaire...
Dès que j'ai un moment je viens lire tes chroniques des Aux-delàs (dans l'intéagralité pour mieux me plonger dans la lecture.

Nonène 25/09/2008 12:28


Pour les chroniques, attends la semaine prochaine pour avoir le texte dans son ensemble.


Frederianne 15/09/2008 21:44

Je suis un peu perplexe d'avoir lu la première fois, au contraire des apparences et de ce qu'en ressentent les autres, beaucoup d'optimisme et d'espoir dans ton texte. L'impression que tu disais qu'il suffisait de chausser les bonnes lunettes pour voir la beauté existante... Me serais-je fait des idées, au croisement de ma propre inspiration sur le même sujet ??
;-)

Nonène 15/09/2008 22:59


Oui ton impression est la mienne. J'ai cherché à décrire l'espoir dans un univers extrêmement dur. Je crois que le contraste donne toute la beauté de cette porte d'évasion que découvre le héros.


Adûnä Faël 15/09/2008 14:07

Salut à toi Nonène,
Ben j'espère que ta cervelle va bien, et que tu as enfin trouver ton salut derrière les portes du merveilleux car ça n'a pas l'air d'être trop la joie par chez toi, hi hi !!!
Trève de plaisanterie, comme j'ai également un côté sombre assez prononcé, j'apprécie la saveur de tes ombres, hé hé !!!
Bien à toi et bonne continuation,
Cordialement, Adû

Nonène 15/09/2008 22:57


Je préfère rassurer tout le monde : malgré les apparences, je vais très bien !!! Mes textes sont de la fiction et ne reflètent pas (toujours) mon état d'esprit. En tout cas, bienvenu sur le blog,
Adù ! J'espère que ce que tu as découvert te plaît...


ja 12/09/2008 10:17

je trouve que c'est triste, cela n'inspire, pour moi pas le bonheur, je souhaiterais des textes plus légers, porteurs de vrais espérance...

Nonène 15/09/2008 22:55


Et bien, je pense qu'au contraire ce texte est porteur d'espérance. Il décrit même l'essence de la fin du desespoir...