Ice Warium (11)

Publié le par Nonène

Voici enfin la suite de"Dernier acte ?" !!! Elle est "romantique" et surtout antimilitariste (je revenais de mon école de recrue). J'espère que vous avez apprécié cette littérature sans prétentions et que vous vous serez attachés autant au Maréchal Nonène que moi à l'époque où j'écrivais ses aventures !!!

N'hésitez pas à donner votre avis (même moqueur, j'ai moi-même un regard critique) sur le cycle du Maréchal Nonène. Sans lui, je n'écrirais sans doute pas autant maintenant.

Concernant le texte, je l'ai écris en accord avec le juge de l'univers IceWarium qui jouait Kaarten. J'ai également ajouté en fin de texte, le rapport de combat qui a servit de cadre à l'histoire.

***

Le petit groupe sauta alors dans le couloir de la plantation et abattit trois Kilrathi surpris et malchanceux d’être là. Une petite tourelle laser automatique de défense descendit un membre de l’équipe. Il fallut alors peut de temps pour la détruire car le commando tira à bout portant sur le morceau de métal.

 

---- Dans la salle de contrôle kilrathi ----

 

QG : Des insectes se sont introduits dans la plantation, Bashar !

Kaarten : Ben c’est simple faîtes en de la confiture de Nonien!

QG : Mais…

Kaarten : Vous osez discuter mes ordres ? Je vais faire de vous de la compote de Manulaï !

QG : Non pas du tout grand Bashar, mais la plupart de nos soldats sont dans les Chasseurs et votre sécurité est en danger.

Kaarten : Bande d’incapables ! Je veux avoir leurs têtes coupées devant moi dans une heure et c’est un ordre !

 

---- De retour auprès de notre commando de choc ----

 

Deux autres membres de l’équipe avaient étés abattus par ces maudites tourelles laser (enfin c’ÉTAIT des tourelles). Le commando était alors à l’abri et pouvait voir la porte de la salle de contrôle. Nonène enleva alors son casque.

 

Nonène : Putain, on crève de chaud ici ! Bon, nous sommes cinq ! C’est amplement suffisent pour abattre un Bashar.

Un membre du commando : Vous oubliez que 4 tourelles lasers protègent l’entrée de la salle et que la porte est fermée et que nous n’avons aucun moyen de l’ouvrir à distance.

Nonène : A oui ?

 

Nonène fit alors un mouvement de charge et tira à bout portant sur la porte qui explosa.

 

Nonène : Voilà déjà un problème réglé ! Mais maintenant il faudra courir de toutes nos forces pour éviter les tirs lasers ! Que la Raison vous vienne en aide !!! GO !!!

 

Le petit groupe s’engagea alors en courant dans le dernier couloir. 15 mètres, 10 mètres. Les lasers tiraient alors dans tous les sens et on pouvait entendre les cris de pauvres Redjeks morts pour la Raison d’État. 5 mètres, 4 mètres … Nonène sauta alors dans la salle de contrôle et fit une roulade de combat et se mis à l’abris derrière un écran de contrôle (HJ : Vous voyez ce qu’on apprend à l’armée ? C’est vraiment utile dans la vie de tous les jours). Nonène vit alors que deux autres membres du groupe avaient pu le suivre. Nonène essuya la sueur de son front et s’étonna du calme qui régnait dans la salle. Tout à coup, Une énorme explosion se fit entendre et l’écran de contrôle chancela et commença à tomber sur le petit groupe.

 

Nonène : Barrons nous sinon on va se faire écrabouiller.

 

Le petit groupe dû alors se mettre à découvert et s’arrêta alors net lorsqu’ils virent le Bashar armé d’un monstrueux plasma en direction d’eux.

 

Kaarten : Haahaahaa ! Tiens tiens, l’insecte Nonène ! J’aurai un plaisir immense de vous abattre ! Fais tes prières, vermine !

 

Il fit un mouvement de charge et tira alors sur Nonène. Mais à ce moment un membre de l’équipe s’interposa et se fit éclater les jambes et le bas du corps. Nonène déstabilisé par la déflagration fit alors un mouvement de charge et tira sur le Bashar. Se mêlèrent alors les cris du Kilrathi et du Redjek blessés. Kaarten s’éclipsa alors dans une autre salle.

 

Le soldat encore entier : Vous l’avez touché Maréchal !!!!

 

Mais le maréchal ne s’occupait pas de ça. Il s’était approché de son sauveur et lui enleva le casque afin de le soulager en partie de sa douleur. Quelle ne fut pas sa surprise de voir que ce soldat n’était autre que Nonna. Nonène était réellement brisé.

 

Nonna agonisante : Je suis désolé d’avoir désobéi aux ordres…rââ… J’ai assommé un membre de votre équipe et j’ai pris sa place…rââ…Je ne pouvais pas vous laisser partir seul…rââ…Je suis fière de vous avoir sauvé la vie…

Nonène pleurant comme une baleine : Chut gardez votre souffle, je ne vous en veux pas…Nonna, je vous aime !!!

 

Nonna sourit alors tendrement à son Maréchal. Nonène embrassa alors langoureusement sa fidèle Nonna. Elle s’éteignit alors doucement dans les bras de son amour.

 

Le militaire : Bon c’est pas le tout mais on doit se barrer, nous. (HJ : Quel manque de romantisme mais bon il faut lui pardonner il n’est que militaire)

Nonène essuyant ses larmes : Oui mais par où ?

 

Les deux Redjeks virent alors le conseiller manulaï du Bashar leur faire des grands signes.

 

Le Manulaï : Par ici, mes amis, je connais un moyen de vous faire échapper !

Le militaire mettant son arme en joue : Attention maréchal c’est un piège !

Nonène : Baisse ton arme, imbécile ! Nous n’avons pas le choix, suivons le !

 

Nos deux héros suivirent alors le petit Manulaï dans ce qui ressemble à un vaisseau.

 

Le Manulaï : C’est le vaisseau personnel du Bashar, les chasseurs kilrathis n’oseront jamais tirer sur nous surtout qu’ils ne sont pas informés de ce qui s’est passé sur la plantation. Un de vos vaisseaux a endommagé le système radio de la plantation.

Nonène : Très bien ! Mais puis-je vous poser une question ? Pourquoi vous nous aidez ?

Le Manulaï : Mon peuple est depuis trop longtemps esclave des Kilrathis et depuis que nous avons vu que des gens comme vous osez résister à eux, l’espoir illumine à nouveau les Manulaïs. Tous les membres de ma race vous soutiennent, Maréchal.

Nonène : Je vois que je ne combats pas que pour la liberté des Icewariens, ça me fait plaisir. En tout cas je vous remercie de votre aide.

 

Nonène s’approcha alors d’un hublot et regarda les chasseurs kilrathis faire place au vaisseau du Bashar. Ils pouvaient également voir de nombreux débris de la flotte suicide nonienne. Mais son dernier regard se porta sur la plantation qui s’éloignait. Il ne réussit alors pas à retenir une larme qui coula lentement sur son visage couvert de sang. Nonène retrouvera le Bashar, il se le jura en silence. Aussi vrai qu’il aimait Nonna.

 

Information complémentaire :

 

Combat sur la case 179 - 79 entre votre flotte n° 3 et la flotte n° 3 du commandant 498

Vous avez utilisé votre Formation de Combat N° 5 : Coucou aux Kilrathis

Ordonner à mon unitée Chasseur Harpon de Foncer au combat
Ordonner à mon unitée Déparasitor de Foncer au combat
Ordonner à mon unitée Dynamique A de Foncer au combat
Ordonner à mon unitée Coucou Nonien de Foncer au combat

Vos Pertes :
Dynamique A (C 1 ) : 247 / 247
Chasseur Harpon (C 3 ) : 190 / 190
Déparasitor (C 5 ) : 2 / 2
Coucou Nonien (C 1 ) : 715 / 715

Pertes Ennemies :
Chasseur Kilrathi 5 (C 1 ) : 144 / 3000
Plantation (C 5 ) : 0 / 1

Publié dans Ice Warium

Commenter cet article

Elwin 01/06/2008 12:09

Mais c'est un carnage! :)))
C'est le récit de la dernière bataille de la partie, je suppose. ça me rappelle un jeu en igne où j'avais également pondu des tonnes de texte. Aujourd'hui ça paraît loin, mais effectivement ce genre d'expérience laisse de bons souvenirs, d'autant plus quant c'est fait avec des amis.

E.

Nonène 05/06/2008 16:45


Non ce n'était pas la dernière bataille mais peu de temps après, la galaxie a fermée. J'avais aussi beaucoup écrit dans une autre jeu on-line (Gloire&Pouvoir, je crois) et j'interprétais un
chevalier pédéraste. J'avais écrit bon nombre de texte... mais je ne les trouve plus.
C'est toujours des bons souvenirs...