"Chroniques des Au-delàs" (3)

Publié le par Nonène

Version complète dans "Chroniques des Au-delàs"

Mänis scrute en silence l’homme. Il est intimidé par sa présence et par son regard perçant mais le sourire rayonnant le rassure peu à peu.

 

-         Comment t’appelles-tu mon enfant ?

 

Mänis tarde à répondre. Ce n’est pas qu’il cherche à cacher son nom, ce sont plutôt ses pensées qui se bousculent et qui l’empêche de prononcer un mot. Le garçon est subjugué par l’aura de mystère du barde. Comment se peut-il qu’un sourire aussi familier puisse correspondre à un homme qui sache tous les secrets des dieux et leurs histoires ? Est-il un mürt des contes de la vieille Änisa, un de ces serviteurs des dieux dont il a si souvent rêvé ?

 

-         Je ne vais pas te manger, petit. Moi, tout le monde me appelle « le Content » ce qui prouve que je ne fais pas de mal, dis le barde en souriant de plus belle.

-         Je…je m’appelle Mänis, monsieur…euh messire. Je suis le fils de Jöris le maréchal-ferrant. Messire, tu es un mürt ou un homme ? répond le garçon avec de plus en plus de sûreté.

-         La question a le mérite d’être directe ! déclare le Content dans un rire sonore. Je vais sans doute te décevoir mais je suis un homme de ce monde, comme toi et ton papa. Tu trouves que je ressemble à un mürt ?

 

Mänis se demandait finalement à quoi ressemblait un mürt. Le ton direct et sympathique du barde l’ayant mis en confiance, il lui répond sans gène.

 

-         Je ne sais pas, je n’en ai jamais vu en vrai mais je les ai vu dans les rêves et dans les contes. Ils ressemblent à des hommes qui me font peur parfois mais il y en a aussi des gentils, tout comme toi.

 

 

  

Commenter cet article

Malka 12/05/2008 22:39

Je suis cette nouvelle avec intérêt et je suis curieuse de lire la suite.
Malka

Nonène 13/05/2008 16:00


Je dois avouer que je suis aussi très curieux de voir ce que ce texte va donner. Je suis pour ma part un débutant dans les dialogues et ce genre de texte et je me suis lancé dans l'inconnu. Qui
vivra verra.