Animaland : ce ne sera pas pour cette fois

Publié le par Nonène

Les résultats du premier tour des Démiurges en herbe est tombé et le concours continuera sans moi...

Je suis bien entendu un peu déçu que mon jeu n'ait pas été qualifié pour la suite, mais je prends malgré tout la chose avec philosophie. J'ai beaucoup appris durant la création de mon jeu et j'attends encore les commentaires du jury pour prendre note de mes lacunes.

Je ferai un petit article en fin de semaine pour exposer mes lacunes ainsi que mes impressions à froid.

Publié dans Animaland

Commenter cet article

Elwin 06/03/2008 17:13

La pugnacité est une des premières qualités de l'auteur. ;)

Et un projet peut mettre bien longtemps avant d'aboutir: prends ça comme un délai supplémentaire pour peaufiner ton boulot, ou partir sur de nouvelles bases.

E.

Nonène 07/03/2008 10:55

Oui tu as totalement raison. Je compte d'ailleurs sur ta pugnacité pour terminer Hunahpu ;)Je ne renonce pas à l'idée mais je vais mettre ce projet en stand by car j'ai déjà beaucoup de projets pour Agone et un autre projet personnel qui me tient à coeur (mystère). Nonène

Frederianne 05/03/2008 22:49

Ooooh.
Animaland existe maintenant, de toutes façons. Et puis, je suis sûre que tu retireras des richesses intérieures de cette experience.
Bises

Nonène 06/03/2008 11:06

Merci, oui tu as raison : Animaland existe et sera disponible sur le net sur le site de ForgeSonges (je vous dirai quand il sera mis en ligne). De plus, j'ai beaucoup appris du concours, ça ne fait aucun doute. Nonène

ja 05/03/2008 14:45

Dans la vie il ne faut jamais se décourger... et se souvenir que chaque expérience est enrichissante...
Bravo d'avoir participé à Animaland !
Une personne qui te veut du bien ?N5W

Nonène 06/03/2008 11:07

Salut maman, merci pour ton petit commentaire. Je te rassure : je ne me décourage pas.

Christoph 05/03/2008 00:21

Mince alors, je suis navré! Je suivrai l'affaire avec intérêt.

Nonène 06/03/2008 11:08

Merci pour ton soutien cher ami. Nous pourrons en reparler à l'occas.