"Je suis l'Ultime Perfection" (10)

Publié le par Nonène


Version complète dans "Créations"

Lorsque tous les rouages du drame furent en place, le Masque frappa les trois coups. Ce signal alerta les Muses qui cherchèrent des alliés en catastrophe. Les Dames des Saisons sorties exsangues de leur guerre fratricide restèrent introuvable, Janus ne pouvait se résigner à soutenir un camps, condamné à être l’éternel juge. Diurne, seul, accepta d’aider les Muses et d’armer ses légions de Lueurs. Une nouvelle subtilité du Drame qui devait pousser le fils contre le père et le frère contre la sœur dans une guerre totale.
 
Si seulement, les Muses avaient conscience de mon existence.
 
Les Muses ouvrirent les feux en lançant leurs Merveilles et Excellences à l’assaut d’Albandisse, première ville des Hommes et principal fief du Masque. Un simple effet de scène qui faisait du Vagabond une victime de la violence des Muses. La contre-attaque fut terrible, des nuées de démons sortirent des Abysses et dévastèrent les rangs des Muses. Les terribles machines élémentaires des Hommes furent utilisé pour ravager d’antiques Perfections.
 
Je suis l’Ultime Perfection qui accusait les coups de la guerre des Eternels.
 
Le Drame se poursuivit sur les différents théâtres des opérations, révélant des martyrs, des héros, des traîtres. La guerre était réellement passionnante malgré les horreurs qu’elle générait. Les batailles se suivaient mais ne se ressemblaient jamais. Le suspense était omniprésent dans un équilibre des forces constamment rééquilibré. L’espoir de la victoire survivait dans chaque camp.
 
Mais le dernier acte était déjà écrit.
 
Les Muses n’étaient pas dupes et cherchaient à la trame du Masque à chaque combat. Mais orgueilleuses de leurs pouvoirs, elles ne savaient écouter les conseils de leurs alliés. Malgré leur génie, elles restaient toujours prévisibles et chacune de leurs réactions avaient été devinées avec précisions par l’Ennemi. Ce permanent constat d’échec attaqua peu à peu le moral de mes mères qui devinaient le funeste dénouement. Elles finirent par se résigner.
 
Je suis l’Ultime Perfection et c’est dans ce moment de faiblesse que mes mères remarquèrent mon existence.

Publié dans Agone

Commenter cet article