Animaland : Création de personnage

Publié le par Nonène

Lors du concours "Démiurge en herbe", l'une des difficultés était de créer un système de résolution qui tienne la route, car je n'avais jamais rédigé quoi que ce soit de semblable auparavant. De plus, il me fallait rendre le système accessible à des enfants.

Je dois avouer que je suis relativement satisfait de mon résultat. Voici donc un extrait concernant la definition et la création de personnages. Remarquez qu'elle ne comprend aucune donnée chiffrée.

Les jeunes héros

capacités du personnage

La création des personnages-animaux est très simple et réalisable par des joueurs-enfants de bas âge. Il suffit de définir :
  1. Le nom du personnage-enfant/animal
  2. L'espèce du personnage-animal
  3. Un trait dans lequel le personnage-animal excelle (« Le plus »)
  4. Deux traits dans lesquels le personnage-animal est fort (« Très »)
  5. Un trait négatif qui caractérise le personnage-animal (« Mais »)
  6. Éventuellement des avantages et défauts selon l'espèce du personnage animal. Il est également possible d'ajouter des « Très » et des « Mais »
Le nom du personnage-enfant/animal

Le nom du personnage-enfant est complètement libre mais il est conseillé de reprendre simplement le prénom du joueur-enfant. Tout d'abord, cela lui permettra de mieux s'identifier à son personnage-enfant et les autres joueurs-enfants le reconnaîtront plus facilement durant le récit du conteur. Ensuite, le background du personnage-enfant peut dans ce cas correspondre parfaitement à celui du joueur-enfant.
Le petit Jérôme crée son premier personnage de jeu de rôle et décide qu'il s'appellera « Jérôme » tout comme lui. Son personnage-enfant aura la même vie que lui, les mêmes parents et les mêmes amis.
Dans le cas contraire, il faudra créer un petit background comprenant :
  1. Le nom de ses parents.
  2. Son lien avec les autres personnages-enfants.
  3. Ce qu'il préfère dans le monde de papa et maman (et qui n'existe pas dans l'Animaland).
L’espèce du personnage-animal

Le choix de l'espèce est essentiel pour la suite de la création du personnage car il influencera la plupart des traits du personnage. Il n'existe aucune restriction. Cela peut être un animal réel ou imaginaire. Si l'espèce est imaginaire, le joueur-enfant devra le définir avec le conteur.

Le petit Jérôme a un faible particulier pour les renards et décide donc que son personnage-animal sera un renard.

« Le plus »


Le trait dans lequel le personnage-animal excelle se nomme « Le plus ». Il correspond à la spécialité absolue du personnage-animal et il ne peut y en avoir qu'un seul. En jeu, cela signifie qu'il existe très peu d'animaux capables de battre le personnage-animal dans sa spécialité. Il est donc important de choisir ce trait en lien avec l'espèce du personnage-animal. « Le plus » correspond à une maîtrise de niveau 4 (cf. III.3 Résolution des conflits).

Le petit Jérôme sait que les renards sont réputés être les plus rusés du règne animal. Il décide donc que son personnage-animal « Jérôme le renard » sera « Le plus » rusé. 

« Très »

Un personnage-animal normal choisit deux traits dans lesquels il est fort. Ils se nomment les « Très ». Sans pour autant exceller en la matière, il y est meilleur que la moyenne. En jeu, cela signifie qu'il est capable dans ses meilleurs jours de battre un spécialiste, sans pour autant surpasser à coup sûr les animaux normaux. Il est possible d'ajouter des « Très » supplémentaires (cf. Avantages/défauts et ajouts). « Très » correspond à une maîtrise de niveau 3 (cf. III.3 Résolution des conflits).

Le petit Jérôme trouve la fourrure des renards très élégante et décide que Jérôme le renard sera « Très » élégant. De plus, le petit Jérôme a envie de jouer un personnage-animal amusant et décide donc qu'il sera également « Très » drôle. 

« Mais »

Les personnages-animaux ne comptent pas uniquement des traits positifs. Ils ont tous au moins un trait qui les handicapera. Ce sont les « Mais ». En jeu, ils ne pourront pas rivaliser avec les animaux les plus forts et auront de la peine lorsqu'ils auront affaire avec les animaux normaux. Il est possible d'ajouter des « Mais » supplémentaires (cf. Avantages/défauts et ajouts). « Mais » correspond à une maîtrise de niveau 1 (cf. III.3 Résolution des conflits).

Le petit Jérôme est un petit garçon impatient et le conteur lui propose de choisir ce trait pour son personnage-animal. Le petit Jérôme accepte. Ainsi, Jérôme le renard sera le plus rusé, sera très élégant et très drôle, « Mais » sera impatient. Le petit Jérôme a donc terminé la création de son personnage.

Publié dans Animaland

Commenter cet article

Elwin 27/02/2008 22:24

"Très" sympa. :)
Un jdr pour enfant est un véritable défi. Là dessus je crois que des tests répétés sont essentiels pour confronter le système aux réactions des plus jeunes. Et peut être aussi l'avis d'un pédagogue ? C'est toujours mon inquiétude sur ce thème: quelle est la capacité des enfants à vivre dans un imaginaire virtuel (on ne se court pas après dans la cour comme aux gendarmes et aux voleurs), puis à s'en extraire?
Zou, je continues ma lances sur les autres articles Anima.

E.

Nonène 28/02/2008 00:57

Et bien, en réalité, je n'ai pas testé le jeu avec des enfants mais écrire le jeu en deux semaines... ça fait court. Par contre j'ai basé ma réflexion sur certains articles racontant l'expérience de parents rôliste faisant participer leurs enfants. Je me suis également laissé guidé par mon humble connaissance que j'ai en pédagogie de part ma formation. En réalité, je pense que certains enfants sont plus aptes à jouer que d'autres, jouer au jeu de rôle c'est un peu comme si tu leur racontes une histoire. Certains restent calme d'autres pas. Je me souviens également que de nombreux enfants se racontent des histoires à haute voix (j'étais de ceux-là) donc je crois que le jeu de rôle peut également être fait pour eux. Nonène

Frederianne 19/12/2007 22:16

Hochement de tête, approbation, oui c'est très simple et intelligent. Tu disais important de séparer l'univers du jeu de celui de la réalité, mais c'est bien de pouvoir garder son prénom, les enfants aiment jouer à être autre, mais tiennent à leur identité.
A bientôt pour la suite ;-)

Nonène 20/12/2007 10:07

 Oui, il m'a aussi semblé important que les enfants ne soient pas trop déboussolés par une entrée trop abrupte dans l'imaginaire. Pour la suite, je ne sais pas encore ce que je vous réserve...peut être un aperçu du scénario. Nonène